La niotine n'est pas plus dangereuse qu'une tasse de capuccino

La nicotine contenu de votre e-cig n’est pas plus nocive que votre double café au lait

Incitant les fumeurs de tabac à passer à des formes plus sûres de nicotine, la Royal Society for Public Health (RSPH) du Royaume-Uni a affirmé que la nicotine n’est pas plus nocive pour la santé que la caféine. L’organisation a constaté que neuf personnes sur dix croient encore que la nicotine en elle-même est dangereuse.

En réalité, ce produit chimique n’est pas pire que la caféine que l’on trouve dans votre tasse de café du matin. La nicotine est nocive dans les cigarettes conventionnelles en grande partie parce qu’elle est combinée à d’autres ingrédients dangereux comme le goudron, l’arsenic et le monoxyde de carbone. Dans ces circonstances, le produit chimique créant une dépendance est dangereux parce qu’il maintient les fumeurs accrocs à des cigarettes dangereuse.

Près d’un demi-million d’Américains meurent chaque année à cause de la cigarette et les centres de contrôle et de prévention des maladies en font la principale cause de décès évitables aux États-Unis.

En 2015, la RSPH a fait plusieurs recommandations pour promouvoir des produits à base de nicotine plus sûrs. Leur liste comprenait l’utilisation des cigarettes électroniques dans les services de désintoxication et l’obligation de vendre des thérapies de substitution de la nicotine dans les lieux de vente commercialisant des cigarettes conventionnelles.

Shirley Cramer CBE, directrice générale de la RSPH, a déclaré : « Il est clair qu’il y a des problèmes de dépendance des fumeurs à la nicotine, mais cela nous ferait passer d’un problème de santé publique grave et coûteux lié au tabagisme, à un problème de dépendance aux substances similaire à la caféine ».

La dépendance à la nicotine et à la caféine

De nouvelles recherches vont plus loin, en analysant les qualités addictives de la nicotine et de la caféine. Dans une nouvelle étude, Karl Fagerström, un des premiers chercheurs sur la dépendance à la nicotine et la réduction des méfaits du tabac, a comparé le degré de dépendance entre les cigarettes, le snus, la remplacement de la nicotine et le café.

En utilisant les résultats d’une enquête auprès des utilisateurs de ces produits, Fagerström a comparé la dépendance en examinant combien de sujets utilisaient les produits moins de 30 minutes après le réveil, et en demandant à quel point il serait difficile pour les utilisateurs d’arrêter entièrement.

Une personne fumant une cigarette à tabac contenant de la nicotineLes résultats ont été mitigés mais intéressants. Les consommateurs de tabac et de snus étaient plus susceptibles d’utiliser les produits dans les 30 minutes suivant le réveil. De plus, 35 % des fumeurs et 33 % des consommateurs de snus trouvaient qu’il serait très difficile d’arrêter. Ce chiffre est en dessous des 18 % des buveurs de café.

Dans l’ensemble, Fagerström a conclu que les consommateurs de cigarettes et de snus traditionnels étaient les plus dépendants, tandis que les consommateurs de substituts de nicotine et de café étaient moins dépendants. À l’origine, la recherche portait sur les utilisateurs de cigarettes électroniques, mais la taille de l’échantillon était trop petite pour que l’on puisse tirer des conclusions significatives.

Fagerström a également déclaré qu’en raison de la taille de l’échantillon des utilisateurs de café, il peut y avoir autant ou plus de personnes fortement dépendantes du café que de la nicotine dans la société. Les résultats soulèvent des questions sur la façon dont la dépendance problématique au café est comparée à la dépendance à la nicotine.

Il est certain que les cigarettes électroniques ne devraient pas être considérées avec le même mépris que les cigarettes de tabac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *